Feuille de route sur le stockage d’électricité

La production intermittente des fi lières de production d’électricité à partir de sources renouvelables, le solaire ou l’éolien notamment, nécessitera d’importantes capacités de fl exibilité pour assurer l’équilibre entre l’offre et la demande sur les réseaux d’électricité. Le stockage apporte des solutions pour franchir une étape décisive au développement des ENR.

Les objectifs mondiaux de réduction de co2 exigent le développement de la production d’électricité à partir de sources renouvelables tout en réduisant fortement la production à partir des énergies fossiles, charbon et fi oul. Ces objectifs semblent aujourd’hui atteignables grâce à la compétitivité des technologies de l’éolien, du solaire. Toutefois, la production intermittente de ces fi lières nécessitera d’importantes capacités de flexibilité pour assurer à tout instant le bon équilibre entre l’offre et la demande.

La technologie du stockage apporte des solutions à cet effet grâce au report de charge, qui permet par exemple à un producteur EnR de lisser sa courbe
d’injection. De leur côté, les consommateurs ont la possibilité d’optimiser leur profi l de consommation en faisant du Vehicle-to-home, c’est-à-dire en restituant l’énergie accumulée dans la batterie de leur véhicule pendant la journée pour l’utiliser dans leur logement le soir par exemple. La CRE a publié, au mois de septembre 2019, une feuille de route ambitieuse : son objectif est de construire un cadre juridique, technique et économique pour un développement du stockage pérenne et cohérent avec le système énergétique français et avec les ambitions de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

À partir des 60 réponses à l’appel à contributions, la CRE a identifi é trois axes de travail :

  • Définir le statut du stockage et ses spécificités dans les procédures de raccordement et dans le cadre contractuel pour faciliter l’insertion des installations dans le système électrique ;
  • Vérifier la qualité des services que le stockage peut apporter sur toute la chaîne de valeur du système électrique, y compris en alternative à des renforcements de réseaux ;
  • S’assurer que les prix existants révèlent bien la valeur des différents types de services que peut rendre le stockage.

Pour suivre la mise en oeuvre de ces recommandations, la CRE et la DGEC ont mis en place un groupe de travail. Sa première réunion s’est tenue
le 15 octobre 2019. Devant les 70 participants, les gestionnaires de réseaux y ont présenté leur plan d’action et le calendrier de concertation pour
répondre aux demandes de la CRE.

Une prochaine réunion, prévue au printemps 2020, fera le bilan des actions entreprises. En parallèle se dérouleront des travaux en ateliers sur des problématiques spécifiques à approfondir tel que le statut juridique de l’opérateur de stockage.