Penser l’énergie de demain

Le 24 mars dernier, la CRE a eu 20 ans. 20 ans à penser l’énergie de demain. Toutefois, penser l’énergie de demain dans un monde que l’on présume bouleversé par les circonstances actuelles est un défi d’une grande envergure que le collège et les collaborateurs de la CRE sont prêts à relever. Au fil de ces jours incertains sur le plan sanitaire, il nous faut réfléchir à concilier l’impérieuse nécessité de la transition énergétique et notre engagement européen aux difficultés économiques actuelles. Il nous faut prendre en compte la capacité des acteurs de l’énergie à s’adapter aux transformations profondes qui affecteront notre société.
D’ores et déjà, lançons un hommage à la performance de notre système énergétique, à sa robustesse et à sa résilience. Que chaque collaborateur oeuvrant à la qualité d’alimentation ou bien à la sécurité d’approvisionnement, et ainsi à l’intérêt général, en soit remercié.
De son côté, la CRE est restée mobilisée pour continuer à fournir un travail solide, documenté et exemplaire pour assurer ses fonctions pour le bénéfice des consommateurs, entreprises comme particuliers. C’est notre mission et nous la remplissons plus encore en ces temps de trouble et d’inquiétude. Grâce au télétravail que j’ai souhaité installer à mon arrivée rue Pasquier, nous assurons la continuité de la Commission dont les séances en audioconférence gardent le même rythme hebdomadaire et nous poursuivons ainsi nos travaux sur les tarifs de réseaux d’électricités et les charges de services publiques, entre autres. Il faut noter au passage la performance des équipes de la CRE et des instances européennes qui maintiennent coûte que coûte, de manière virtuelle, des réunions du Conseil des Régulateurs de l’ACER et du CEER et l’adoption par voie électronique de méthodologies règlementaires. La CRE participe activement au partage d’informations sur les mesures d’urgence prises par les régulateurs européens et l’analyse des conséquences, et contribue aux travaux de l’OCDE sur l’impact du Covid-19 sur le secteur de l’énergie.
Penser l’énergie de demain, c’est sur cette promesse que nous avons engagé un cycle de conférences aujourd’hui reporté, je l’espère, à l’automne. Ce sera l’occasion de dresser le bilan de cette épopée unique : la construction du marché européen de l’énergie. Et ce sera aussi celle d’ouvrir le débat sur les transformations de notre secteur, de questionner ainsi l’avenir.